Rokhaya Diallo veut débaptiser une commune française

Par Marine
169 vues

Après un passage sur Twitter, la militante anti-raciste et féministe Rokhaya Diallo demande à ce qu’une commune française de Nouvelle-Aquitaine soit débaptisée. 

Aujourd’hui il n’est plus nécessaire d’aller bien loin pour tomber sur des villages méconnus en France. Il a suffit à Rokhaya Diallo de flâner quelques minutes sur Twitter pour découvrir le village de « Les Nègres », un lieu-dit de la commune de Verteuil-sur-Charente, niché en plein coeur de la campagne néo-aquitaine, à quelques kilomètres de Poitiers. 

Cette découverte, elle la doit surtout à Karfa Sera Diallo, un élu écologiste qui a tourné une vidéo sous le panneau de « Les Nègres » alors qu’il se trouvait sur la route des vacances. Le conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine affirme que cet endroit est « le symbole de l’histoire de l’esclavage, de la traite des noirs et du racisme en France », rien que ça ! Il interroge même : « Peut-on continuer de garder bêtement, sottement, des appellations dégradantes et humiliantes pour notre humanité commune ? »

Un réflexe de destruction de la France telle qu’elle est 

Interrogé par la presse régionale, le maire de Verteuil-sur Charente n’a pas souhaité rentrer dans le jeu de l’élu écologiste. Il a même qualifié sa démonstration de « grosse connerie ». Ce nom de « Les Nègres » a une origine occitane, « noir », se disant « nere ». Par ailleurs, à l’issue d’une concertation récente, les Verteuillais ont choisi de garder ce nom. 

Mais qu’importe la culture pour Rokhaya Diallo. Effarée, elle tweete « 2022. Je découvre qu’une commune Française porte le nom de “Les Nègres” ».  La Présidente de l’association Les Indivisibles, dont le but est de « déconstruire, notamment grâce à l’humour et l’ironie, les préjugés ethno-raciaux et en premier lieu, celui qui nie ou dévalorise l’identité française des Français non Blancs » ne mettra sans doute jamais les pieds à Verteuil-sur-Charente. Mais, comme par un réflexe de destruction de la France telle qu’elle est, elle décide qu’il faut de toute urgence rebaptiser cette petite ville. La déconstruction ne connaît pas de trêve. 

 

ça pourrait aussi vous interesser

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus