Pépé le putois, Miss Piggy, … la “cancel culture” s’en prend à nos personnages de fictions

Par Marine
870 vues

Après les statues sur les place publiques, les personnages de notre enfance sont les nouvelles cibles de la « cancel culture ». Pépé le putois a été supprimé du film Space Jam 2 parce qu’il entretenait la culture du viol, Miss Piggy est pointé du doigt pour être une « harceleuse ». À qui le tour ? 

C’est officiel, Pépé le putois ne fait plus partie des productions Warner. La petite moufette noire et blanche que l’on a vue dans des dizaines de dessins animés aux côtés de Bugs Bunny et de Daffy Duck ne fera pas partie du film Space 2 à paraître l’été prochain. Le personnage créé par Chuck Jones en 1945 est accusé d’entretenir la « culture du viol » a été coupé au montage.

Le premier détracteur de la petite bête est l’éditorialiste du New York Times, Charles M. Blow, dans un billet consacré à l’éradication du racisme dans la culture. Dans un tweet accompagné d’un extrait des Looney Tunes, il commente : « Les blogs conservateurs m’en veulent parce que j’ai dit que Pépé le putois participait à la culture du viol. Voyons voir dans cette vidéo… Il attrape et embrasse une fille qu’il ne connaît pas, de manière répétée, sans son consentement et contre sa volonté. Elle se débat fortement pour lui échapper, mais il ne la relâche pas. Il verrouille la porte pour l’empêcher de fuir. »

Selon Deadline, ce changement est d’abord une initiative du nouveau réalisateur Malcom D Lee : « Pépé devait apparaître dans une scène en noir et blanc dans une séquence comme au Rick’s Café de Casablanca. Pépé, qui joue le barman, s’éprend pour une femme au bar jouée par Greice Santo. Il commence à lui embrasser le bras, qu’elle retire, avant de le planter sur une chaise à côté d’elle. Puis elle verse son verre sur la tête de Pépé et le gifle, ce qui le fait tournoyer sur son tabouret, qui est ensuite arrêté par la main de LeBron James. James et Bugs Bunny sont à la recherche de Lola, et Pépé sait où elle se trouve. Pépé explique alors que Penelope Cat a déposé une injonction d’éloignement contre lui. James a une ligne de dialogue sur le fait que Pépé n’a pas le droit de toucher un autre Tunes sans son consentement. »

Le Marsupilami serait trop macho

Pépé le putois n’est pas le premier personnage de dessin animé ou de bande dessinée à être supprimé des écrans : en janvier 2020, l’épicier indien Apu des Simpson, avait été retiré de la série en raison des stéréotypes qu’il véhiculait. Il y a dix ans, les Schtroumpfs avaient été taxés de racisme, de sexisme et même d’antisémitisme. Plus récemment, le hashtag #CancelACartoonCharacter a commencé à fleurir sur Twitter permettant aux internautes de pointer du doigt les  cartoons qu’ils jugent « problématiques ».

  • Elmer Fudd

Le fameux chasseur Elmer dont les cibles préférées sont Bugs Bunny et Daffy Duck s’est vu retirer son fusil par la plate-forme HBO max. Ce grand changement émane d’une volonté de la production de ne pas représenter d’armes à feu dans le show. « On ne fait pas les armes. », a déclaré le producteur exécutif Peter Browngardt. Le personnage culte des Looney Toons court toujours derrière ses proies mais, avec une faux.

  • Lola Bunny 

La lapine sexy qui fait chavirer le cœur de Bugs Bunny dans le premier opus, est rhabillée dans Space Jam 2 : « Nous sommes en 2021. C’est important de mettre en avant des personnages féminins forts et capables. Nous avons retravaillé sur pas mal de choses. Pas seulement son look, mais aussi en lui donnant une vraie voix. Pour nous, il s’agissait de consolider ses prouesses athlétiques, ses qualités de leader, et d’en faire un personnage aussi complet que les autres  », a justifié le réalisateur, Malcom D Lee.

  • Miss Piggy 

Le personnage du Muppet show est lui aussi sur la sellette. Ses détracteurs lui reprochent de se montrer exagérément pressante envers son « Kermitou » alors qu’il est évident que les sentiments ne sont pas partagés, ce qu’il ne manque jamais d’affirmer d’ailleurs. Beaucoup s’étonnent qu’elle ne subisse pas la même sanction que Pépé.

L’hebdomadaire Marianne a consacré un article a faire des pronostics sur les prochaines cibles des internautes. Le magazine français table donc sur l’annulation … du Marsupilami, trop macho ; Ralph Wiggum des Simpson représenté avec une déficience mentale ; Éric Cartman de South Park qui est un oppresseur en puissance ; le loup de Tex Avery à cause de ses réactions plus qu’explicites face à la gente féminine ; Vil coyote de Tex Avery qui banalise la violence ; les fous du volant peu regardants sur la parité ; Jessica Rabbit qui est bien trop sexy et véhicule des normes de beauté oppressives …

  • Crédits photos : © D.R.

ça pourrait aussi vous interesser

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus