Les partitions de Musique sont jugées trop « coloniales » par des professeurs d’Oxford

Par Marine
581 vues

Les partitions de musiques étudiées à Oxford ont été qualifiées de « colonialistes » par des professeurs de l’Université. Ils s’apprêtent à réformer leurs cours pour s’éloigner de la culture classique et ainsi éviter de trop célébrer la « culture européenne blanche ». 

Ayant subi des pressions pour décoloniser leur programme dans le sillage du mouvement « Black Lives Matter », les professeurs de musique de l’université d’Oxford revoient leur programme. Certains membres du personnel de l’éducation ont affirmé que le programme d’enseignement promouvait la « suprématie blanche ». Le répertoire classique enseigné à Oxford englobant des œuvres de Mozart et Beethoven, se concentrerait exclusivement sur « la musique blanche européenne de la période esclavagiste ».

Des documents qu’ont pu se procurer des journalistes du Telegraph révèlent que les membres du corps professoral qui décident du programme de musique ont proposé des réformes pour faire face à cette « hégémonie blanche ». Ils envisageraient même de repenser la lecture des partitions musicales parce qu’elles sont le fruit d’un « système de représentation colonialiste ».

Le hip-hop et le jazz vont sûrement intégrer le programme.

Les universitaires ont proposé que les apprentissages du clavier ou de la direction d’orchestre ne soient plus obligatoires car le répertoire musical « est structuré par la musique blanche européenne », ce qui causerait « une grande détresse aux étudiants de couleur ».

Beaucoup de changements ont été proposés comme la mise en place de nouvelles options telles que « l’introduction aux études socioculturelles », « les musiques de la diaspora africaine » ou encore « musiques du monde ». De même, le hip-hop ou le jazz vont peut-être intégrer le programme. Il a également été proposé que la musique pop puisse jouer un rôle plus important, permettant aux étudiants d’étudier les événements phares de la culture pop, du  « Record Breaking Livestream de Dua Lipa » à « Les artistes exigeant que Trump cesse d’utiliser leurs chansons ».

Dans les documents internes que se sont procurés les journalistes du tabloïd britannique, certains membres du corps professorales semblent désapprouver cette initiative réformatrice. L’un d’entre eux a affirmé que ses collègues qui sont spécialisés  sur la musique d’avant 1900 « sont souvent implicitement accusés de s’intéresser exclusivement à la musique “occidentale “et ” blanche “. »

La faculté a indiqué que les nouveaux plans de cours, élaborés après consultation du personnel et des étudiants seront officialisés au cours de l’été suivant.

ça pourrait aussi vous interesser

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus