Le prix de La Défense de la liberté d’expression est remis à Youtube par Youtube

Par Marine
281 vues

La PDG de YouTube, Susan Wojcicki, a reçu le prix « Free Expression » du Freedom Forum Institute lors d’une cérémonie virtuelle parrainée par la plateforme vidéo elle-même. 

C’est la créatrice de YouTube Molly Burke qui a remis la distinction à Susan Wojcicki dans une vidéo partagée sur la plate-forme. « Je suis très heureuse d’être ici ce soir pour remettre à Susan Wojcicki le prix de la liberté d’expression. En tant que PDG de YouTube, Susan est confrontée à certains des problèmes les plus critiques liés à la liberté d’expression aujourd’hui », a déclaré l’hôtesse.

Par « problèmes critiques liés à la liberté d’expression aujourd’hui », sans doute, fait-elle référence au délicat travail du modérateur sur la plateforme. Le modérateur c’est celui qui retire les contenus jugés offensants, qui trie et met à disposition des utilisteurs, des contenus faisant autorité, quel que soit le domaine. Il réduit les recommandations de contenus jugés « limites » et récompense des créateurs de contenus en s’appuyant sur des standards stricts. C’est donc sur la base de ses appréciations que la plateforme a censuré Donald Trump au moment des élections américaines, que le site Francesoir a vu sa chaîne Youtube sauter après un entretien avec Jean-Marie Bigard ou encore, que l’une des vidéos hebdomadaires de l’infectiologue Didier Raoult a sauté.

La notion de « contenus haineux » n’est tout simplement pas recevable puisqu’elle ne peut faire l’objet d’aucune définition juridique.

« La liberté d’expression ne doit pas être tenue pour acquise » a déclaré Susan Wojcicki, « il faut la protéger ». Oui, et pour cela la PDG de la plateforme de Google met un point d’honneur à « refuser les contenus pour adultes, les contenus haineux, les contenus dangereux ». Le problème c’est que la lutte contre les contenus dits « haineux » frôle nécessairement la censure. En effet, la notion de « contenus haineux » n’est tout simplement pas recevable puisqu’elle ne peut faire l’objet d’aucune définition juridique. C’est la porte ouverte au pur arbitraire. Il est bien évident que la qualification d’un « contenu haineux » ne sera pas la même selon les croyances et les convictions de chacun. Par exemple, le fait qu’un humoriste très populaire en France puisse émettre des doutes quant à la bonne foi du Président dans la crise sanitaire et le compare à Kaa du livre de la jungle devrait-il être considéré conne « un contenu haineux » ?

Suite à la cérémonie, certains utilisateurs de Twitter se sont moqués de Susan Wojcicki pour avoir reçu un prix sponsorisé par sa propre plateforme.

« Le PDG de YouTube a remporté un prix de la liberté d’expression … sponsorisé par YouTube. Hahahahhhaahhhahhahahahaaaaaaa », a écrit un utilisateur.

Un autre a écrit: « Lol, YouTube reçoit un prix pour la liberté d’expression. Quelle est la prochaine étape, Facebook obtenant un prix pour le respect de la vie privée? »

L’Observatoire du journalisme a aussi ironisé sur le sujet : « Quand le PDG de youtube reçoit le prix de la liberté d’expression, c’est un peu l’équivalent du prix Nobel de la paix remis à Barack Obama. »

ça pourrait aussi vous interesser

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus