Le conseiller d’Emmanuel Macron Stéphane Séjourné souhaite limiter le temps de parole d’Eric Zemmour à la télé

Par Marine
2069 vues

Stéphane Séjourné, député européen LREM, propose d’ouvrir le débat sur le décompte des temps de parole des éditorialistes les plus engagés.

Un petit pavé dans la marre à quelques semaines des régionales. Interrogé sur France Inter, Stéphane Séjourné, député européen LREM et conseiller d’Emmanuel Macron, propose de comptabiliser comme un temps de parole politique le temps de parole de certains éditorialistes ou invités. Il prend pour cible explicitement Eric Zemmour.

Malaise face à la liberté d’expression

Regrettant la tournure médiatique que la télévision française a prise avec l’arrivée des chaînes d’information en continu, il estime qu’avec le « diktat » du direct, le traitement de « l’information brute » a nettement reculé. Le conseiller d’Emmanuel Macron se positionne contre la présence des « experts » sur les plateaux de télévision. « Ces derniers sont devenus des faire-valoir pour les éditorialistes », critique-t-il, ajoutant que les débats se sont renversés, les présentateurs invitant des politiques afin de mettre en valeur leurs propres idées. Il s’agirait donc d’après lui, d’un « basculement ».

Dans une analyse pour le FigaroVox, Eugénie Bastié affirme que « cette proposition sans queue ni tête traduit un double malaise face à la liberté d’expression. » Malaise de l’homme politique qui s’inquiète de voir des éditorialistes prendre plus de place sur la scène médiatique et malaise de l’homme de gauche qui sent qu’il devient minoritaire sur le champs des idées.

Pour Stéphane Séjourné ce n’est pas la chaîne qui est devenue une tribune politique à elle seule, mais certains programmes. « Ils participent à l’abaissement du débat politique français », lance-t-il égratignant la « politisation à outrance » de la CNews. Stéphane Séjourné fait ensuite un comparatif avec les médias américains, qui à l’aide de surmédiatisations, anecdotes ou polémiques, ont « participé à une campagne de caniveau » et « favorisé l’élection de Donald Trump ». Pour faire face à ce phénomène, il propose donc de « compter dans le temps de parole des politiques, les éditorialistes les plus engagés ».

ça pourrait aussi vous interesser

Laissez un commentaire

7 commentaires

Janin 3 juin 2021 - 8h23

Ça les dérange que Zemmour soit apprécié
Ils ne sont pas surs d eux
Et la liberté d expression ils en font quoi ? De toutes façons je ne voterai pas macron
Je n ai pas encore perdu la tête

Répondre
BRENNER jf 3 juin 2021 - 13h47

Voilà un socialoecoloislamogauchiste qui veut couper la parole au seul journaliste qui ose parler vrai contrairement à toute la presse de gauche corrompue qui nous saoule à longueur de journée.

Répondre
Cinque 3 juin 2021 - 20h13

Encore un qui a peur de la diversité. Pas celle qui se voit, mais celle des idées simples.

Répondre
Luzy 4 juin 2021 - 7h39

Ou est passé notre liberté d’expression ?

Répondre
LAJOINIE CLAUDE 4 juin 2021 - 8h23

attention à un nouveau 1830, la liberté de la presse est déjà assez restreinte

Répondre
Maley 5 juin 2021 - 23h56

La liberté d’expression ne doit pas être interdite

Répondre
Fort 6 juin 2021 - 14h36

Avec le députés Stéphane se journée Un gros malaise à la liberté d’expression

Répondre

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus