Blanche-Neige est la nouvelle victime de la cancel culture,

Par Marine
946 vues

La réouverture des parcs Disney aux États-Unis s’est accompagnée d’une nouvelle polémique autour de Blanche-Neige, en raison de la dernière scène du baiser du prince. 

Décidément la cancel culture écrase tout sur son passage. Les contes de fées qui faisaient rêver les petites filles n’échappent pas à la règle. Cette semaine c’est Blanche-Neige et les sept nains qui sont ciblés. Le conte des frères Grimm (1812) est coupable d’autoriser un baiser sans consentement.

Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle polémique est née aux Etats-Unis. Après 400 jours de fermeture, Disneyland Park a rouvert vendredi dernier en Californie et pour le plus grand bonheur des américains, une attraction a décidé de faire peau neuve : le nouveau manège propose donc un « scénario plus complet ». Au sein de l’attraction, le final nommé « True love’s kiss » (« vrai baiser d’amour ») reprenant la scène mythique du dessin animé sorti en 1937, lors de laquelle Blanche-Neige qui s’est faite empoisonnée par la Reine est endormie et ne pourra revenir à la vie qu’à l’aide d’un vrai baiser d’amour a été décriée par des journalistes. Ils dénoncent une scène désuète et sexiste. Qu’elle ait été empoisonnée ne semble pas trop choquer les journalistes. En revanche, il ne peut pas y avoir de vrai amour « si elle dort ».

Des propos relayés sur Internet qui font énormément réagir. Avec d’un côté les partisans d’une autre fin pour le film d’animation et de l’autre, les fans de Disney qui estiment que ceux qui ne supportent pas l’idée qu’un baiser puisse briser un sort ne devraient pas se rendre dans un parc Disney, puisque c’est aussi la clef de La Belle au bois dormant, par exemple.

Peut-être faudrait-il proposer au prince de remplacer son baiser par un seau d’eau en plein visage … à moins que ce procédé ne soit pas très chevaleresque.

 

  • Crédit photo : Disney ©

ça pourrait aussi vous interesser

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire Plus